Cergy-Pontoise possède de nombreux atouts en matière de patrimoine historique ou contemporain : l’Axe Majeur, les villages, les églises, les bords de l'Oise, etc. La mise en valeur de ces espaces par la lumière participe à l’embellissement de la ville et du cadre de vie, à son développement touristique, socio-économique et/ou commercial. Il s'agit donc de perpétuer les efforts effectués par le projet urbain en matière d'aménagement et de valorisation nocturne.

Ainsi, les mises en valeur par la lumière ont pour objectif de :
  faciliter la lecture des espaces ;
  affirmer des référents spatiaux ;
  participer à une réappropriation nocturne du territoire par les habitants ;
  modeler une image nocturne originale et personnalisée ;
  valoriser les aménagements ;
  rythmer la lecture de la ville.

« Réveiller et révéler » le patrimoine majeur du territoire grâce à la lumière, c’est composer une nouvelle silhouette nocturne de la ville et valoriser son histoire, tout en marquant son appartenance à un même territoire communautaire.

La concertation, menée depuis 2010 avec les représentants des communes et les services de l’agglomération autour du « projet lumière » de Cergy Pontoise, a défini des orientations générales permettant l’élaboration du 
schéma directeur d’aménagement lumière dans lequel s’inscrit le volet de mises en valeur par la lumière du patrimoine majeur.

Les mairies
Le patrimoine historique
Le patrimoine contemporain 


Les mairies

La mise en lumière des mairies participera au fil des années à l'identité lumière de Cergy-Pontoise. Les bâtiments anciens, d'ordre classique, bénéficieront tous d'un principe de lumière rasante mettant en relief la teinte des pierres. Les bâtiments modernes, aux architectures plus variées, seront davantage éclairés par leurs vitrages. Pour tous, l'objectif est de véhiculer une image institutionnelle pérenne et clairement identifiable sur l'ensemble du territoire.

  Boisemont
Boisemont, rue de l'église

En 1886, Boisemont, située sur les hauteurs de l'Hautil, était un domaine partagé par la vente du château d'une part et celle de la ferme seigneuriale et des terres labourables d'autre part.

Le projet de mise en lumière

Le bâtiment bénéficiera d'une lumière rasante mettant en relief la teinte et le dessin des pierres. Situé entre chaque ouverture, cet éclairage ascendant créera des pinceaux lumineux qui envelopperont le bâtiment d'une lumière chaude. Un projecteur marquera l'entrée de la mairie.

 
  Cergy
Cergy, 3 place de l'Hôtel de ville

Le bâtiment qui abrite la mairie et l'école a été inauguré en 1912. Il reflète l'effort de modernisation des bâtiments publics du début du 20ème siècle, en accord avec la politique scolaire de Jules Ferry.

Le projet de mise en lumière

Les bâtiments administratifs seront éclairés par des lumières led aux teintes chaudes, placées au niveau des corniches et sous les auvents des portes latérales. Elles éclaireront vers le bas, apportant un complément d'éclairage fonctionnel. Les toitures seront, elles, traitées en lumière blanche, à l'aide de projecteurs à distance dissimulés dans le chapeau des lanternes d'éclairage public faisant face au bâtiment.

Simulation de mise en lumière de la mairie annexe de Cergy

  Courdimanche
Courdimanche, rue Vieille Saint-Martin

La mairie de Courdimanche côtoie l'église Saint-Martin et le château d'eau, autres bâtiments identifiants de la ville et tous situés dans le cœur de ville.

Le projet de mise en lumière
Situé en hauteur par rapport à la rue adjacente, le bâtiment de la mairie sera éclairé par l'intérieur pour mettre en évidence la transparence des verrières et accentuer l'effet de volume. Des lumières à leds diffuseront un éclairage blanc ou coloré sur la verrière et deux projecteurs, situés à l'étage, répercuteront l'effet lumineux au niveau du fronton. La borne lumineuse sera changée pour éclairer davantage la voirie.

 
  Eragny-sur-Oise
Eragny, place Louis Don Marino

 



A l'origine situé au centre d'une propriété campagnarde, le pavillon a d'abord appartenu au maire d'Eragny jusqu'à son décès en 1895. Après avoir abrité une papeterie, la municipalité rachète le bâtiment pour y installer la mairie et ainsi accueillir ses nombreux nouveaux habitants. Les locaux actuels résultent d'aménagements successifs et le parc de la propriété sont aujourd'hui ouverts à tous.

Le projet de mise en lumière
A l'instar des autres bâtiments administratifs, un rideau de lumière rasante tombera du haut de la corniche, apportant également un éclairage fonctionnel sur les marches de l'entrée. A l'intérieur, un système dynamique composé de trois couleurs assurera une ambiance générale selon les heures, les dates et les événements, créant ainsi un mur lumineux tout le long des baies vitrées. Les arbres du parc adjacent seront éclairés pour étendre le périmètre visuel.

Simulation de mise en lumière de la mairie d'Eragny-sur-Oise
  Jouy-le-Moutier
Jouy-le-Moutier, 56 Grande Rue

Ce bâtiment, très représentatif des mairies-écoles de la IIIe République (1902), illustre par la monumentalité et le décor de la façade l’importance que revêtait à l’époque l’institution municipale et l’enseignement primaire. Reconstruit en pierre et en brique, le bâtiment s'articule aujourd'hui autour d'un couloir central avec l'école en rez-de-chaussée et les locaux municipaux à l'étage.

Le projet de mise en lumière
La mairie fera l'objet d'une attention toute particulière la nuit par une mise en lumière spécifique. Un éclairage rasant habillera l'ensemble de la façade, alors que deux petits projecteurs à leds souligneront le fronton central et son horloge. L'éclairage des parties hautes (toiture et campanile) rehaussera le bâtiment et affirmera son caractère institutionnel.
Simulation de mise en lumière de la mairie de Jouy-le-Moutier
  Maurecourt
Maurecourt, 1 rue du Maréchal Leclerc

Avant la révolution, Maurecourt était un hameau dépendant d'Andrésy. En 1791, la commune devient autonome. Elle rejoint l'agglomération de Cergy-Pontoise en 2012. La mairie, de petite taille, se distingue par un axe fortement marqué par une lucarne-fronton surmontée d'une haute toiture en pavillon avec un épi de faîtage et une crête. Son toit à pans brisés est recouvert d'ardoises avec une couverture en zinc.

Le projet de mise en lumière
La partie émergente de la toiture sera éclairée en teinte froide, repérable de loin. Des réglettes led, installées le long des corniches, complèteront la lumière rasante caractéristique des autres mairies cergypontaines. Les lanternes d'éclairage public, équipées d'une lumière blanche chaude, permettront de mieux éclairer et identifier les couleurs la nuit.

Simulation de mise en lumière de la mairie de Maurecourt

  Menucourt
Menucourt, rue Pasteur

Inauguré en 1885, l’édifice était à la fois mairie et école mixte, composée de deux logements pour les instituteurs. À la fin des années 1960, la partie enseignement a été transférée à l’école Louis Bourgeois et l’ensemble de l’édifice est depuis consacré à la Mairie.

Le projet de mise en lumière
Un rideau lumineux, habillant l'ensemble de la façade, permettra de révéler la texture du bâtiment. La simplicité de mise en œuvre, la durée de vie et les possibilités de pilotage de la led font de cette installation une mise en lumière pérenne et éprouvée, en accord avec l'identité lumière retenue pour l'agglomération.

Simulation de mise en lumière de la mairie de Menucourt

  Neuville-sur-Oise
Neuville-sur-Oise, 65 rue Joseph Cornudet

L'histoire du village, autrefois hameau d'Éragny, est intimement liée à celle de sa seigneurie et de son château jusqu'à la Révolution. En 1822, le château devient la propriété de la famille Cordunet des Chomettes, dont les membres sont successivement maires d'Éragny puis de Neuville, à partir de 1869. Majoritairement constituée de cultivateurs jusque dans les années 1930, la commune rejoint la ville-nouvelle de Cergy-Pontoise en 1972, lors de sa création.

Le projet de mise en lumière

La façade en pierre fera l'objet d'un éclairage rasant alors que la partie centrale sera accentuée par deux petits projecteurs pour mettre en évidence la partie haute et l'inscription "mairie", et par l'installation de réglettes à leds au niveau de la fenêtre centrale. La placette jouxtant le bâtiment s'agrémentera de tâches lumineuses au sol.

 
  Osny
Osny, château de Grouchy, rue William Thornley

Château datant de la fin du 18ème siècle, il a été acquis en 1987 par la ville d’Osny pour devenir le siège de la Mairie. Il accueille l’espace William Thornley avec plus de 150 œuvres et domine un parc paysager composé d’un étang, d’un jardin à la française, d’un potager, d’un colombier, de terrasses, de statues, d’un temple d’amour, d’une glacière et d’anciennes écuries (aujourd'hui le Musée des sapeurs pompiers).

Le projet de mise en lumière
La mise en lumière du château de Grouchy accentuera l'aspect majestueux du bâtiment. Dans l'esprit de l'identité visuelle nocturne à l'échelle de l'agglomération, des réglettes à leds de teinte blanche chaude éclaireront en contre-plongée l'ensemble de la façade. De légères variations de couleurs entre la partie centrale et les avant-corps latéraux permettront de mettre en évidence les volumes.

Simulation de mise en lumière de la mairie d'Osny (château de Grouchy)
  Puiseux-Pontoise
Puiseux-Pontoise, 12 Grande Rue

La mairie et l'école ont été bâtis et agrandis lors de l'intégration de la ville dans la Communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise, au début de la ville-nouvelle. La mairie propose les services administratifs ad hoc et l'école accueille les élèves de 3 à 11 ans ainsi qu'une formation continue pour adultes. 

Le projet de mise en lumière
Les deux bâtiments seront mis en lumière de manière ludique et originale. Deux gobos, pièces de métal perforées qui laissent passer la lumière par endroits, seront utilisés pour projeter des images sur le mur aveugle de la mairie. Un éclairage en douche, tendant à créer un effet de surexposition, égayera la façade de l'école. Le seuil de la mairie bénéficiera d'un éclairage traditionnel.

Simulation de mise en lumière de la mairie de Puiseux-Pontoise
  Saint-Ouen l'Aumône
Saint-Ouen l'Aumône, 2 place Pierre Mendès-France

Située à la croisée de la Chaussée Jules César, voie romaine de Lutèce à Lillebonne, et du cours de l'Oise, le village a longtemps vécu au rythme de l'abbaye royale fondée par Blanche de Castille. Placée sur la ligne de chemin de fer entre Paris et Pontoise, la ville voit sa population augmenter considérablement dans la seconde moitié du 19ème siècle. Pour pallier le manque de logements, plusieurs ensembles d'immeubles ont vu le jour après la seconde guerre mondiale. Peu à peu, Saint-Ouen l'Aumône se dote d'un véritable centre-ville en multipliant les rénovations.

Le projet de mise en lumière
Bâtiment d'architecture moderne, la mise en lumière de la mairie mettra en évidence sa fonction administrative. Des réglettes à leds viendront souligner l'inscription "Hôtel de ville" et de petits projecteurs installés de part et d'autre des montants recréeront le rythme diurne du bâtiment. Le mur aveugle de la partie arrondie latérale sera habillé par un projecteur à gobos. Le parterre fleuri et arboré, soulignant l'entrée de la mairie, seront illuminés pour créer un appel visuel.

 
  Vauréal
Vauréal, 1 place du Cœur Battant

Inauguré en 2007, l'Hôtel de ville de Vauréal appartient au cœur de ville qui regroupe logements, restaurants, un centre culturel et une salle de spectacle.

Le projet de mise en lumière
L'essentiel des points d'éclairage actuel sera conservé. Les lampes seront toutefois remplacées au profit d'appliques à led avec variateur de puissance pour réduire sensiblement la consommation énergétique. Trois couleurs se succèderont sur les façades et l'orientation des faisceaux en plongée plutôt qu'en direction du ciel sera étudiée. Des nuances de couleurs pastelles seront réalisables à l'occasion d'événements ponctuels et marquants de la vie vauréalienne.

Simulation de mise en lumière de la mairie de Vauréal
   




Le patrimoine historique

La grande partie du patrimoine historique mis en lumière est constitué des églises les plus anciennes du territoire. Elles présentent de nombreuses similitudes architecturales, soulignées par une mise en lumière homogène : mise en contre-jour des contreforts dans une teinte blanc chaud, éclairage de la toiture et du clocher par une projection blanche froid , mise en valeur de la polychromie des vitraux et rosaces par un éclairage de l'intérieur.

  Boisemont - Église Sainte-Madeleine
Boisemont, rue de l'Eglise

Objet de multiples réparations et reconstructions au cours des siècles, l'église est rebâtie pour l'essentiel en 1732. Sa courte nef, surmontée d'un petit clocher, conduit au chœur carré situé à l'emplacement de la chapelle primitive fondée au 12ème siècle par Dreux de Melan, seigneur de Boisement.

Le projet de mise en lumière
L'éclairage devra redonner une meilleure perception lointaine en utilisant le clocher et la toiture comme point d'émergence nocturne. Deux projecteurs de teinte froide éclaireront les ardoises, alors que des projecteurs de teinte chaude traiteront les parois en pierre. A l'entrée, deux petits encastrés asymétriques et un projecteur incorporé dans le chapeau de la lanterne d'éclairage public assureront l'éclairage du mur pignon. Une solution plus économique en terme de consommation pourra être adaptée la semaine, en conservant l'éclairage du clocher pour une accentuation de celui-ci. 

Simulation de mise en lumière de l'Église Sainte-Madeleine à Boisemont
  Cergy - Église Saint-Christophe
Cergy village, 11 place de l’Eglise

En 1120, l’abbaye de Saint-Denis bâtit sur la paroisse de Cergy une église romane. L’église Saint-Christophe a ensuite connu de nombreuses transformations entre le 13ème et le 16ème siècle. Le projet d’extension débuté à la Renaissance n’a jamais été achevé : en témoignent aujourd’hui la cour et le remarquable portail Renaissance de l’architecte pontoisien Nicolas Le Mercier.

Le projet de mise en lumière
L'église Saint-Christophe possède un grand intérêt architectural, ses différents éléments constitutifs marquant chacun une période précise de son histoire. La lumière aura pour vocation de faire ressortir cette particularité. Une lumière blanche chaude enveloppera le bâtiment dans son ensemble tandis que quelques détails architecturaux seront soulignés grâce à de petits projecteurs à led situés sur le bâtiment lui-même.
Ainsi, le portail Renaissance sera mis en lumière de manière plus prononcée, grâce à des encastrés de sol situés à l'aplomb des contreforts et à de petits projecteurs placés au niveau des ornementations du porche.
Le clocher bénéficiera d'une lumière accentuée de teinte plus froide afin qu'il se détache la nuit de son environnement.
Des projecteurs situés de part et d'autre de l'édifice complèteront ces éclairages afin de créer une ambiance lumineuse propre à ce site chargé d'histoire. 

 
  Courdimanche - Église Saint-Martin
Courdimanche, place Claire-Girard

Fondée au 12ème siècle sur une butte dominant le Vexin, lieu de sacrifice à l’époque romaine, comme le mont Mercure (Montmartre), elle a été incendiée pendant la guerre de Cent ans. Consolidée au fil du temps, elle a reçu deux nouvelles cloches en 1992, Claire et Apolline, qui ont rejoint Marie, la belle cloche de bronze de 1m25 de diamètre fondue en 1554 par Lemaître.

Le projet de mise en lumière
L'église est principalement vue en contre plongée. Elle reprend le principe général de mise en lumière des églises de l'agglomération : une teinte chaude dispensée depuis le sol ou depuis les supports d'éclairage public situés alentours. A l'intérieur, un ou plusieurs projecteurs éclairent les vitraux en teinte froide, afin de donner vie au bâtiment. Le clocher est éclairé par un unique projecteur, diffusant une lumière en contre-jour. La végétation environnant le bâtiment complètera le tableau nocturne. 

Simulation de mise en lumière de l'église Saint-Martin à Courdimanche
  Eragny-sur-Oise - Maison Bernardin de Saint-Pierre
Éragny-sur-Oise, rue Bernardin de Saint-Pierre

Cet ancien presbytère du 18ème siècle fût le dernier havre de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814), écrivain et botaniste, ami de Jean-Jacques Rousseau. Restaurée en 2008, cette maison, située au cœur du village d’Éragny, accueille réunions associatives, activités artistiques et culturelles.

Le projet de mise en lumière
L'accès étant fermé à 17h l'hiver et 19h l'été, seuls la maison et l'arbre majestueux demeurent présents depuis la rue. Un éclairage rasant en blanc chaud mettra en valeur fenêtres et volets et fera ressortir la couleur de la pierre sur les façades nord et ouest. Ces projecteurs seront situés sur les toits des n°24 et 27 de la rue. La façade sud côté jardin sera quant à elle éclairée frontalement par un projecteur depuis le jardin, de même température de couleur. Il sera positionné de manière à éclairer l'arbre et projeter son ombre sur la façade, comme le fait le soleil au couchant, pour rappeler la présence du jardin. L'ensemble des projecteurs sera muni de découpes pour éviter tout flux intrusif. Un pilotage permettra d'éteindre le dispositif à minuit. 

Simulation de mise en lumière de la Maison Bernardin de Saint-Pierre à Éragny-sur-Oise
  Jouy-le-Moutier - Église Notre-Dame de la Visitation
Jouy-le-Moutier, Grande Rue

L'église Notre-Dame de la Visitation et de Saint-Leu date du 12ème siècle et présente autant des éléments de l'art roman (clocher, partie centrale de la nef) que certains apports du 13ème siècle, notamment le cœur gothique. Classé monument historique en 1902, ce bâtiment a été élevé sur un emplacement qui a connu au moins six constructions successives, comme en ont témoigné en 1993 des fouilles archéologiques qui ont permis d'exhumer plusieurs pièces de mobilier funéraire et des dizaines de sépultures.

Le projet de mise en lumière
La situation privilégiée de l'église, au sommet d'un promontoire côté occidental et au bout d'une longue perspective côté chevet (côté autel), en fait un point de repère majeur de l'agglomération. Pour valoriser son image nocturne, certains appareils seront relocalisés, notamment la lanterne du virage qui se trouve dans l'axe du chevet. Les toitures du clocher seront traitées par des projecteurs intensifs à distance équipés de sources teinte froide. Au pied du bâtiment, une lumière teinte chaude proviendra d'appareils au sol. Cet éclairage principal des parois sera calé entre les contreforts, de manière à laisser ces derniers en contre-jour pour renforcer la stabilité du bâtiment. Enfin, les abat-sons seront éclairés de l'intérieur par un unique projecteur extensif situé dans le clocher. 

Simulation de mise en lumière de l'église Notre-Dame de la Visitation à Jouy-le-Moutier
  Maurecourt - Église
Maurecourt, 1 rue du Maréchal Leclerc

L'édifice est béni le 9 mai 1563 par Philippe, évêque de Philadelphie en présence de Jean de Bruge, curé, et de Barthélemy de l'Isle, seigneur d'Andrésy. Le clocher de l'église est remplacé en 1853, d'une hauteur de 22,75 mètres. La réception définitive a lieu le 18 avril 1855.

Le projet de mise en lumière
L'éclairage devra redonner une meilleure perception lointaine en utilisant le clocher et la toiture comme point d'émergence nocturne. Des projecteurs teinte froide éclaireront le clocher, alors que des projecteurs teinte chaude traiteront les parois en pierre disposés entre chaque contrefort. A l'entrée, des petits encastrés asymétriques assureront l'éclairage du portail tandis que des réglettes seront disposées pour éclairer en contre plongée sous la toiture de l'entrée. La tourelle sera éclairée en teinte chaude. 

Simulation de mise en lumière de l'Eglise de la Nativité à Maurecourt
  Menucourt - Église Saint-Léger
Menucourt, Place de l'Eglise

Elle est construite en 1899 par l'architecte Marcel Lambert, en remplacement de l'église romane primitive devenue trop délabrée. La nouvelle église possède des façades de style néobyzantin très élaborées. Elles sont exécutées essentiellement en pierre de taille, mais agrémentées de bandeaux en brique rouge au niveau des trumeaux, sur les faces du clocher et sur toute la façade occidentale. En haut des fenêtres, les murs sont en outre ornés de mosaïques.

Le projet de mise en lumière
La mise en lumière révélera l'originalité des motifs de briques ainsi que les contrastes colorés des matériaux : pierre naturelle, brique rouge, ocre, etc. La mise en lumière se concentrera sur le portail, le clocher et la façade latérale sud, les autres façades étant peu visibles. La flèche sera quant à elle éclairée par une lumière de teinte froide. Cette mise en lumière s'éteindra à minuit. 
Simulation de mise en lumière de l'Eglise Saint-Léger à Menucourt
  Neuville-sur-Oise - Église Saint-Joseph
Neuville-sur-Oise, Rue Joseph Cornudet

Initialement intégré au parc du château, le terrain est offert par le châtelain et comte Cornudet, tandis qu'un architecte local, Elie Tremblay, dessine les plans de l'église. Elle est inaugurée le 18 juin 1863 et obtient le statut de paroisse l'année suivante. Construite sous forme de basilique, elle présente une vaste nef rectangulaire avec une large abside flanquée de deux sacristies. Fresques et statues sont typiques des traditions décoratives du 19ème siècle. 

Le projet de mise en lumière
L'église fera l'objet d'un nouveau traitement lumineux extérieur en ambre et blanc froid qui soulignera les lignes maîtresses du bâtiment et l'ancrera dans son périmètre urbain. Le clocher sera éclairé par des projecteurs à faisceau serré installés sur les consoles d'éclairage public. L'éclairage existant du portail et du monument aux morts sera conservé et éventuellement rénové pour maitriser les consommations et les températures de couleur. L'arête de la toiture sera éclairée par un pinceau de lumière de teinte froide depuis l'intérieur. Ce soulignage permettra de parfaire la lisibilité du bâtiment et d'affirmer sa dimension. Les façades latérales seront mises en lumière par projecteur depuis l'éclairage public au moyen de projecteurs à faisceau étroit. L'abside, peu visible, demeurera non éclairée. 

Simulation de mise en lumière de l'Eglise Saint-Joseph à Neuville-sur-Oise
  Neuville-sur-Oise - Pavillon d'Amour
Neuville-sur-Oise, place du Pont

Situé en bord d’Oise, il est le témoin d’une époque où, dans l’histoire des parcs et châteaux, se comptaient les pavillons d’amour, de chasse, les ermitages et autres belvédères. Charmant pavillon à pan coupé construit en pierre avec terrasse, balustrades et perrons, il était un lieu de rencontres galantes au 17ème siècle. Autrefois discret, il est aujourd’hui bien visible depuis le Pont de Neuville.

Le projet de mise en lumière
Ici également, les éclairages existants seront en partie conservés. Des aménagements permettront simplement d'harmoniser les couleurs et les intensités lumineuses à celles du pont. Le mur en pierre, la toiture et l'accès piéton au Pavillon d'Amour bénéficieront d'un éclairage complémentaire, créateur d'ambiance. 

Simulation de mise en lumière du Pavillon d'Amour à Neuville-sur-Oise
  Osny - Église Saint-Pierre-aux-Liens
Osny, 30 rue Aristide Briand

Elle a été bâtie au cours du 13ème siècle dans le style gothique sur des fondations romanes. Détruite pendant la guerre de Cent ans, elle a été reconstruite et consacrée en 1479, puis restaurée sous l’Ancien Régime. En 2007, des fresques et des vestiges de polychromie datant du 16ème siècle ont été mis à jour.

Le projet de mise en lumière
La mise en lumière de l'église Saint-Pierre aux Liens permettra de mettre en évidence la caractère rare de son architecture. Des encastrés de sol équipés de verres diffusants souligneront le rythme lié aux contreforts de la partie basse. L'accent sera ensuite mis sur le clocher. Celui-ci sera éclairé sur sa partie haute par des projecteurs situés autour de l'édifice qui produiront une lumière légèrement plus froide afin de se détacher des parties basses de la nef. Enfin, des projecteurs de teinte plus orangée (ou éventuellement bleutée) seront installés dans le clocher au niveau des abat-sons pour compléter cette mise en lumière. 

 
  Puiseux-Pontoise - Église Saint-Pierre et Saint-Paul
Puiseux-Pontoise, rue de l’Église

Edifiée au 12ème siècle sous le vocable de Saint-Pierre, elle a été en partie restaurée en 1897. Le cimetière qui l’entoure possède une croix très ancienne, classée aux Monuments historiques en 1938, ainsi que le tombeau de la Marquise de Girardin.

Le projet de mise en lumière 
Tous les projecteurs seront installés sur les supports et les façades environnantes. L'éclairage de la façade principale mettra en évidence le porche et la rosace tandis que l'éclairage de la façade latérale mettra en évidence le rythme lié aux contreforts. Le clocher est éclairé, de loin, à l'aide de projecteurs situés autour du bâtiment, équipés d'optiques très ciblées. Une vie intérieure est donnée en éclairant les abat-sons, à l'aide d'appareils situés à l'intérieur. Les teintes de lumière sont dans un registre blanc chaud. Les toitures, les flèches de clocher et les abat-sons sont traités en blanc froid. 

 
  Saint-Ouen l'Aumône - Église de Saint-Ouen et colombier
Saint-Ouen l’Aumône, 9 avenue de Verdun

Son aspect général présente un mélange de styles architecturaux, dont l’essentiel appartient au 19ème siècle. Son portail du 11ème siècle est remarquable et rare dans la région. À l’intérieur, des tableaux provenant de l’abbaye de Maubuisson et des sculptures, dont une de Saint Vincent, patron des vignerons, sont exposés. À côté se situe un colombier impressionnant par sa taille (1600 boulins).

Le projet de mise en lumière
A l'instar des autres églises de la CACP, l'éclairage sera blanc chaud, dispensé depuis le sol et Ie mobilier d'éclairage public. De petits projecteurs éclaireront le clocher en contre plongée. Les abat-sons aveugles seront animés par une projection de vitraux. L'éclairage des végétaux fermant les perspectives complètera le dispositif. 

Simulation de mise en lumière de l'Eglise Saint-Ouen et colombier à Saint-Ouen l'Aumône
  Saint-Ouen l'Aumône - Pigeonnier
Saint-Ouen l’Aumône, 7 rue de Saint-Ouen

Construit au 17ème siècle, le pigeonnier, d'un diamètre intérieur d'environ 4,50 mètres, appartenait jadis à la ferme du château de Saint-Ouen. L'édifice est coiffé d'un toit en forme de cône au-dessus duquel une petite construction couverte d'ardoises permet d'aérer le niveau supérieur où s'ébattaient les volatiles. A l'intérieur, les alvéoles servant de nichoirs s'étagent sur 33 rangs et occupent la totalité de la paroi. Au total, 1800 boulins permettaient d'accueillir chacun un couple de volatiles.

Le projet de mise en lumière
Sa visibilité dans le fond de perspective venant de l'église et sa situation visible sur 360° en font un élément à valoriser de façon homogène. L'éclairage de teinte chaude sera complété par un point lumineux coloré au sommet, ainsi que par les arbres environnants.

Simulation de mise en lumière du pigeonnier à Saint-Ouen l'Aumône
  Vauréal - Église Notre-Dame de l'Assomption
Vauréal, rue Nationale

Bâtie au 13ème siècle puis incendiée par les Anglais en 1432 pendant la guerre de Cent ans, elle a été reconstruite en style gothique au 16ème siècle et consacrée en 1561. Elle porte son nom de Notre-Dame de l’Assomption depuis juillet 1645. Elle est classée à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1926.

Le projet de mise en lumière
L'éclairage de l'église Notre-Dame privilégiera le parties hautes de l'édifice, bénéficiant d'une vue plus dégagée. Les parties basses seront éclairées par une lumière douce et chaude ascendante, assez uniforme pour créer une base nocturne à l'édifice. Pour accentuer l'effet de surélévation, l'éclairage du clocher sera plus intense et la lumière plus blanche. Les abat-sons se détacheront grâce à une lumière issue de projecteurs installés à l'intérieur.

Simulation de mise en lumière de l'Eglise Notre-Dame de l'Assomption à Vauréal
   



Le patrimoine contemporain

Constitué d'équipements culturels et d'églises à l'architecture contemporaine, le patrimoine moderne présente des volumes caractéristiques, plus simples, animés de formes polygonales et marqués par des façades aux ouvertures vitrées. Les architectes ont donc mis l'accent sur la transparence et l'éclairage intérieur pour l'animation nocturne de ces bâtiments, au-delà même des périodes de manifestations qui animent naturellement ces espaces.

  Cergy - Horloge de la gare de l'Axe majeur
Cergy, gare Saint-Christophe

La construction du quartier Axe majeur-Horloge a débuté au début des années 80. Son urbanisme marque le retour à une vision plus traditionnelle de la ville. D'un diamètre de 10 mètres, cette horloge est la plus grande d'Europe et supporte un mécanisme de plus de 400 kg.

Le projet de mise en lumière
L'horloge a récemment été mise en lumière, par un éclairage à base de gobos - ces formes découpées permettant de projeter des images sur l'espace public. Son illumination sera, à terme, repensée.

Mise en lumière actuelle de l'horloge de la gare Saint-Christophe
  Cergy - Axe Majeur
Cergy, esplanade de Paris

L’Axe majeur, véritable référence internationale de l’Urban Art et signature de Cergy-Pontoise, est un parcours architectural de plus de 3 kilomètres réalisé par l’artiste israélien Dani Karavan. Le site se réalise depuis 30 ans au rythme de la construction de la ville. Dominant la boucle de l’Oise et tout l’ouest parisien, l’Axe majeur structure et dévoile le paysage depuis le quartier de l’Axe majeur-Horloge jusqu’au carrefour de Ham, en proposant 12 séquences paysagères matérialisées par des éléments symboliques : la Tour Belvédère, les pavés du Louvre, le jardin des Droits de l’Homme...

Le projet de mise en lumière
Ce site emblématique de Cergy-Pontoise est actuellement éclairé. Il n'est pas prévu de revoir sa mise en lumière dans l'immédiat : le matériel installé est fiable et permet un éclairage efficace et valorisant de l'œuvre de Dani Karavan. D'ici une dizaine d'année, les points lumineux seront en grande partie renouvelés par des projecteurs à leds permettant une meilleure pérennité dans le temps et des économies d'énergie importantes. Environ 200 points lumineux sont concernés.

Mise en lumière actuelle de la passerelle de l'Axe majeur
  Cergy - Théâtre 95
Cergy, allée du Théâtre

Le nouveau bâtiment du Théâtre 95 a été inauguré en 2012. Sa construction s’est accompagnée de la rénovation de l’ancien édifice, désormais relié à son extension par un vaste atrium baigné de lumière. Son architecture audacieuse, immense cube à la façade recouverte d’écailles dorées, en fait un lieu emblématique au cœur du Grand Centre. Scène conventionnée aux écritures contemporaines, le Théâtre 95 est résolument tourné vers son époque et vers les habitants de l'agglomération.

Le projet de mise en lumière

Un éclairage dynamique permettra une exploitation culturelle de l’espace public. Les mâts existants seront équipés de projecteurs à gobos simulant au sol l’effet d’une poursuite lumineuse de théâtre. L’auvent donnant sur le parvis sera éclairé de manière indirecte par des projecteurs led de forte puissance, relayés par de plus petits appareils pour assurer une continuité d’effet coloré dans la rue, tandis que trois réglettes led souligneront l’enseigne « Théâtre 95 ». Les façades métalliques du nouveau bâtiment deviendront support de projections pouvant prendre plusieurs formes, d’un habillage complet de la structure à la projection de gobos colorés, permettant d’afficher par exemple les visages de ténors du théâtre façon « Mont Rushmore ».

Simulation de mise en lumière du Théâtre 95 à Cergy
  Cergy - Mosquée
Cergy, 26 avenue du Hazay

La mosquée a été construite sur un terrain d'une superficie de 2350 m2 au carrefour des avenues du Hazay et des Hérons. Le complexe s'étale sur trois niveaux. Avec son minaret et sa coupole, cette architecture contemporaine s'ouvre sur la ville de Cergy. Son inauguration a eu lieu le vendredi 6 juillet 2012.

Le projet de mise en lumière
Son éclairage confortera la présence nocturne de la mosquée dans le paysage urbain cergypontain. Les éléments d'habillage vert, comme la coupole et le sommet du minaret, seront soulignés par une lumière verte. Le minaret sera traité en blanc froid, à l'aide de quelques encastrés depuis le sol, relayés par des appareils sur toiture pour les faces adossées au bâtiment.

Simulation de mise en lumière de la Mosquée de Cergy
  Cergy - Eglise Ozanam
Cergy, place du Nautilus

Dédiée au bienheureux Frédéric Ozanam, précurseur du catholicisme social, cette nouvelle église diocésaine (2003), due à l'architecte Henri Grison, offre 1300 places derrière une large façade en béton éclairée par une grande verrière. Elle ressort dans les Hauts-de-Cergy, en présentant au public une façade blanche vierge. Elle est composée de carreaux rectangulaires, du grand corps de l'église jusqu'au haut clocher avec une croix massive décorant le côté. Les portes de verre sont entourées d'autres carreaux en verre rectangulaires, formant un portail massif à l'intérieur.

Le projet de mise en lumière
L'éclairage de cette façade respectera l'architecture épurée de l'édifice. Ainsi, depuis deux mâts aiguilles implantés de part de d'autre de l'église, une lumière blanche assez chaude sera diffusée de manière à révéler la nuit les lignes strictes du bâtiment. De plus, deux projecteurs à gobos situés sur chacun des supports permettront de projeter des effets d'ombres et de lumière qui animeront l'édifice. Ces différents effets lumineux permettront de mettre en évidence le site la nuit tout en préservant la sobriété induite par le bâtiment lui-même et par sa fonction. 

 
  Eragny-sur-Oise - Eglise Saint-Pie X
Éragny-sur-Oise, 35 rue Bernardin de Saint-Pierre

Construite en béton en 1960 selon les plans de l’architecte P.H. De Bois-Lucy, l'église Saint-Pie X remplace dans le village l'église paroissiale du 12ème siècle détruite le 6 juin 1944 par les bombes d’un avion anglais abattu par la DCA. Seule rescapée, une statue de la Vierge à l'Enfant initialement installée dans une des niches de la façade. Comme dans de nombreux édifices religieux reconstruits après-guerre, les vitraux sont signés « François Chapuis - exécution atelier Ripeau Versailles ». Le parvis porte le nom du Père Wrezinsky, fondateur d’ATD Quart-Monde.

Le projet de mise en lumière
La mise en lumière de l’église Saint-Pie X sera intimiste afin de créer une invitation à la méditation. Une lumière chaude diffuse enveloppera l’intérieur du porche grâce à deux petits projecteurs installés en partie haute, tandis que dans l’angle un projecteur à leds discret éclairera en plongée la statue de la Vierge à l’Enfant. Enfin, des réglettes à leds installées sous la corniche créeront un rideau de lumière douce sur la façade de l’édifice. 

 
  Neuville-sur-Oise - Pont de Neuville
Neuville-sur-Oise, pont de Neuville

La mise en lumière du pont de Neuville a été réalisée il y a moins de 5 ans. Le résultat de la mise en lumière est très satisfaisant et a bénéficié d'un bon accueil de la part des riverains. Néanmoins, le maintien en service de l'installation est rendu difficile du fait du vandalisme récurrent sur les appareils. L'enjeu du projet consiste donc essentiellement à trouver des solutions durables aux problématiques de maintenance.

Le projet de mise en lumière
Les principes esthétiques définis dans l'étude de 2005 seront conservés. L'intervention se limitera aux actions suivantes :
Pour l'éclairage des colonnes, les éclairages depuis le sol seront remplacés par un éclairage direct en douche réalisé à l'aide d'appliques. Les appareils seront ainsi mis hors d'atteinte. 
Pour l'éclairage de l'arche et de la voilure, les niches actuelles seront conservées et la protection des ouvrages, renforcée. 
L'organisation des circuits électriques sera également repensée, de manière à isoler les différentes composantes de la mise en lumière et minimiser l'impact d'un acte de vandalisme sur la perception d'ensemble. Un pilotage additionnel permettra en outre de créer différents tableaux visuels, corrélés à la mise en lumière du Pavillon d'Amour. 

 
  Pontoise - Théâtre des Louvrais
Pontoise, place de la Paix

Le Théâtre des Louvrais est (avec le Théâtre des Arts à Cergy) l’un des deux lieux de représentations de L’apostrophe, la scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise qui mène une politique d’ouverture, de confrontation et de rencontre entre le public et les artistes. Marquant l’entrée du quartier des Louvrais, le bâtiment affirme une volonté d’ouverture sur l’extérieur, traduite par un travail sur la lumière et la transparence. De grandes baies vitrées enveloppent le hall d’accueil, qui reçoit des expositions en marge des spectacles. Inauguré en 1974, le Théâtre des Louvrais fut ravagé par un incendie en novembre 2005. Le bâtiment actuel a été inauguré en mars 2007.

Le projet de mise en lumière
Lieu de vie nocturne, le théâtre bénéficiera d’une mise en lumière dynamique. Sur sa face latérale, des projecteurs à découpe éclaireront les affiches, tandis que des projecteurs à gobos créeront des formes ou dessins liés au thème du spectacle et que d’autres projecteurs éclaireront les trottoir et végétaux au sol. Structuré autour de sa façade vitrée, le théâtre verra sa mise en lumière jouer de cette transparence. La partie arrondie de la salle de spectacle sera éclairée par une lumière colorée qui pourra varier au rythme des événements ou de la soirée, pour devenir une signalétique évoluant avec la vie du site. Cette lumière colorée sera reproduite à l’extérieur, sous l’auvent et sur les colonnes.